Blog

Prévenez la confusion chez les personnes atteintes de démence

Pagebreaker foto old lady 6fabcca65c1f9cf366050becbb919802 2000

Le début de la maladie diffère d’une personne à l’autre. Une forme de démence n’est pas l’autre. Mais les problèmes de mémoire sont souvent l’un des premiers signes inquiétants. À partir de là, la démence peut évoluer vers la confusion et le délire. Que vivent les personnes âgées ? Quelle est la meilleure façon d’y faire face ? Et comment créer un environnement adéquat ?

Désorientation et délire chez les seniors atteints de démence

La confusion chez les personnes âgées atteintes de démence est très vaste. Il est impossible de tout traiter ici. Mais les personnes atteintes de (début de) démence, par exemple, auront moins conscience du temps et de l’espace. Votre résident pourrait donc oublier où il se trouve et comment il est arrivé là.

Souvent, le comportement des personnes atteintes de démence change. Elles sont désorientées et méfiantes. Chez les personnes âgées, cette confusion peut encore augmenter, avec un risque accru de délires et d’hallucinations.

Les délires impliquent qu’une personne soit convaincue de quelque chose de faux. Les personnes âgées désorientées peuvent, par exemple, croire dur comme fer que leur porte-monnaie leur a été volé. Que la TV s’adresse directement à elles. Ou que vous êtes un double. Elles reconnaissent les personnes, les animaux et les objets, mais pas leur identité.

Si la personne âgée hallucine, elle voit ou sent des choses qui ne sont pas là. Il peut s’agir d’agréables images, mais aussi d’horribles monstres. Certains seniors entendent des voix.

En cas de délire, la confusion peut soudainement s’aggraver. Les personnes âgées atteintes de démence voient alors des choses qui n’existent pas et y réagissent de manière effrayante. Certaines se calment et répondent alors à peine aux stimuli.

Une personne souffrant de démence en plein délire peut présenter ce comportement pendant des heures, voire des jours, et les symptômes évoluent tout au long de la journée. Ils s’aggravent généralement le soir et la nuit.

Comment gérer les personnes âgées désorientées ?

Les délires et les hallucinations sont liés à des problèmes de vue et d’audition. Si les seniors souffrant de confusion n’entendent pas bien, les voix dans leur tête peuvent les déranger. S’ils voient mal, il est plus facile pour eux de voir des choses qui ne sont pas là. Pour commencer, soyez donc attentif aux problèmes d’audition et de vue.

Gérer des délires et des hallucinations peut s’avérer difficile. Nier ou réfuter ce que les personnes âgées voient, entendent ou pensent est inutile. C’est la réalité pour eux.

Essayez plutôt d’entrer dans l’univers du résident, d’identifier ses sentiments et d’apporter une explication plausible qui lui semblera logique. L’hallucination est positive ? Montrez-y de l’intérêt.

Appelez bien entendu le médecin traitant du résident ou un spécialiste. Les hallucinations et le délire ne surviennent pas uniquement en cas de démence. Ils peuvent être dus à autre chose.

Que faire en cas de délire ?

YVous devez toujours appeler un médecin. Essayez, pendant ce temps, de calmer et de sécuriser le résident. Posez-lui des questions simples pour vérifier qu’il sait qui vous êtes et où il se trouve. Sinon, dites-le-lui calmement, brièvement et clairement. Amenez-le dans un endroit tranquille et donnez-lui ses lunettes ou son appareil auditif pour qu’il puisse mieux se concentrer.

Dans ce cas, il est généralement préférable de ne pas rentrer dans les délires ou les hallucinations. Ne contredisez pas le senior confus, mais faites-lui comprendre que vous percevez autre chose. À moins que ce que la personne vit ne la calme, essayez d’en profiter avec elle.

Créez un environnement qui prévient la confusion

Vous l’avez déjà lu lorsque nous avons parlé du délire en cas de démence : un environnement paisible est capital. Le cadre de vie dans lequel séjournent les personnes âgées doit, par ailleurs, limiter autant que possible la confusion.

Le système unique et sophistiqué de gestion de la lumière LynX® lifeline contribue à créer cet environnement. Par exemple, en indiquant aux personnes âgées désorientées le chemin vers le salon sécurisé ou l’infirmerie, qui est mieux éclairé que le couloir vers la sortie ou que les escaliers, où elles pourraient chuter.

En outre, le Bluetooth de l’éclairage de LynX® lifeline permet de localiser les personnes âgées et de les suivre dans tout le bâtiment. Vous pouvez ainsi rapidement les rejoindre si elles sortent de la zone de sécurité et qu’elles sont dans un état de confusion trop important (délire...).

Curieux de savoir comment LynX® lifeline peut vous aider ?

Écrit par Francis Meulemeester